Laure Noterman

Nous aurons le plaisir de recevoir Laure qui va animer deux ateliers d’Open Floor lors d’un week end yoga et découverte à Monaco et c’est tout naturellement que je lui ai posé quelques questions. 

 

Bonjour Laure, parles-nous un peu de toi, qui es-tu ?

Bonjour Sydney, qui suis-je…vaste question! Ce que je remarque c’est que je me redéfini en permanence parce que je suis encore très attachée à mon identité, mais j’avoue avoir le désir d’en avoir un jour, ou deux, plus rien à faire!!

Aujourd’hui je me défini comme une chercheuse de mouvements, une exploratrice intriguée et passionnée par l’humain et ses relations (autant intrinsèque que vers l’autre, le groupe et à bien plus grand que lui)

 

Que fais-tu dans la vie ?

Je danse de manière intuitive et spontanée, j’en nourris ma joie de vivre, j’y puise la matière pour mes cours et cela me permet de m’auto-réguler (energétiquement, physiquement, émotionnellement et spirituellement).

Je me forme en coaching pour le moment, pour intégrer une autre approche à ma pratique individuelle et collective.

Je donne des cours collectifs de mouvement libre et en conscience appelés Open Floor et, un accompagnement en individuel intégrant plusieurs pratiques de développement personnel, de coaching et de mouvement libre, pour lever les blocages à la libre expression de soi.

Je fut kiné pendant 10 ans, aujourd’hui je ne pratique plus, mais explore et propose ces acquis quand cela me semble nécessaire.

 

Qu’est ce que l’Open Floor et comment y es – tu venue ? 

Depuis combien de temps ?

Open Floor est une pratique de mouvement libre et en conscience, né aux Etats Unis, en Californie, par 4 enseignants des « 5 rythmes »  (Pratique crée par Gabrielle Roth dans les années 80)

Comme souvent les écoles se divisent et de nouveaux courants naissaient… ce fut le cas pour Open Floor. 

 

Cette pratique prends comme ancrage ce qui nous régis tous, des grands principes de mouvements qui relient les pratiques de mouvement en conscience, comme le centrage, la régulation énergétique, le focus, l’ancrage etc… 

En prenant un de ces principe comme base pour laisser danser librement, elle met en lumière nos comportements et ainsi au fil des pas, élargit notre champs de conscience.. 

C’est une pratique en mouvement de prise de conscience de soi dans le monde, d’expression, et de fun.

 

Moi je me formais à enseigner les 5 rythmes depuis 7 ans, car il faut de nombreuses heures de pratique et dans bien des domaines (la relation à soi, aux cycles de la vie, ses archétypes, ses émotions…) pour pouvoir devenir prof. J’ai adoré cette exigence et le fait de parcourir le monde en dansant dans chaque pays, à la découverte de mes zones d’ombres et mes grandes peurs, vers l’expression de qui je suis et l’acceptation de l’autre… tout ça pour élargir mon champs de conscience et pouvoir un jour accompagner des gens qui pourraient traverser les mêmes états, et être capable de les accompagner en restant bien centrée et ancrée pour offrir un réel support. 

Un vrais kiff! 

 

Puis la créatrice de cette pratique est décédée et bien des choses ont changées, et avec elles la direction de mon chemin.

Je me suis orientée vers des enseignants et des valeurs qui m’étaient chères et les ai accompagnés et supportés pour la naissance de leur école: OPEN FLOOR est née en  2014. 

J’ai intégré le premier pool de danseurs, et ai fini la formation depuis 2 ans.

 

Comment prépares-tu une session d’Open Floor et où puises-tu ton inspiration ?

Je sais quand va être le cours, j’ai une date et une heure précise. 

Je pose l’intention de trouver un thème dans lequel chacun puisse trouver ce dont il a besoin. Puis, j’ouvre bien mes yeux, aiguise mes oreilles, plonge dans mes sensations et observe ce que je vis pour le moment. Quand quelque chose vient se montrer à ma conscience j’attrape le fil et le tire petit à petit pour developper cette prise de conscience en un cours composé comme un cercle.

Avec un début un milieu et une fin rouvrant à un début etc… 

S’y trouve des exercices en rapport avec le thème et un espace de danse libre pour explorer et intégrer ce qui émerge en chacun de nous.

Quand ce cadre est posé je me plonge dans la musique et vais chercher chaque morceau en accord avec ce que je propose. Amenant une qualité émotionnelle, une certaine énergie physique, des mots….

Je crée ainsi ma playlist.

Tout, ainsi crée et est tout à fait modulable pendant le cours. C’est à dire que face au groupe et à son énergie j’adapte mes propositions.

Mon inspiration vient donc de ce que je traverse au quotidien.

Je ne peux pas faire un cours en dehors de moi, j’ai besoin d’exemples concrets pour pouvoir m’appuyer, ouvrir et soutenir l’espace de danse.

 

 

Faut-il savoir danser pour faire de l’Open Floor ?

Absolument pas, plus on est libre de mouvements appris et d’un système de valeur beau/moche/danse/pas danse etc… plus le corps peut laisser ce qui le traverse devenir sa danse.

J’ai d’ailleurs de plus en plus envie de me dégager du terme danse car j’y vois beaucoup d’images préconstruites et inhibantes pour certains alors que dans « mouvement » je sens beaucoup plus de liberté. (J’oscille encore sur ce chemin)

 

Que ressens-tu quand tu enseignes ? Quand tu danses ? 

Waouww, la différence que je sens entre les deux est une histoire de place.

Quand j’enseigne je me connecte à mon centre, je me branche au sol, j’appelle de l’aide et du soutien, m’ouvre au groupe et je laisse le cours se déployer. 

Les mots ou les silences sortent de ma bouche, j’observe, je malaxe la musique, viens danser et retourne à ma place.

Je me sens souvent touchée d’être témoin de ce que je vois, heureuse de pouvoir offrir cet espace et participer à la création de relations plus fluides et équilibrées à bien des niveaux.

 

Quand je lâche le rôle d’enseignante et enfile celui de danseuse, je plonge au fond de moi et me laisse voyager dans un monde qui se révèle de l’intérieur et s’exprime à l’extérieur. 

Je me surprends à danser et me laisse embarquer! 

Si je suis perdue je demande à mon corps de me guider vers ce dont il a le plus besoin, ce qui est nécessaire pour moi de vivre maintenant et je fais mon gros possible pour ne pas le remettre en question.

 

Ce qui rejoins les deux postures est une danse de l’ouverture, dire oui constamment à ce qu’il se passe quelque soit la texture de ce qui me traverse. Et en donner sa pleine expression.

 

Qu’est ce que l’Open Floor t’apportes au quotidien ?

Bien plus que l’Open Floor, ça c’est juste un nom, ce qu’il y a derrière ce nom c’est un monde de permission.

C’est un monde ou tout à sa place, en autorisant ce qui peut encombrer ma tête au quotidien passer dans mon corps et s’exprimer par sa danse, je me détends.

Danser me rends bien vivante, dans mon corps, en bonne santé, et alignée.

Pour moi c’est dire oui à la vie de se laisser danser librement, et Open Floor est un espace qui permet cela.

 

Si tu devais choisir un moment phare, un moment clefs dans ton parcours ou dans tes cours quel serait-il ?

Waouwwww réussir à te citer un moment, tu me challenge hein!

J’en ai un, euh non deux, attends trois…. des danses mon ami, des moments phares sont des danses bouleversantes de puissance, de vulnérabilité, de vie. 

Des danses de connexion à soi, à l’autre, et à bien plus grand, ce que certains appelle l’Amour, le Divin ou la Lumière…des danses où tout s’aligne et c’est juste une évidence d’être là à cet instant sur cette terre.

 

Quel conseil donnerais – tu à ceux qui voudraient faire ou découvrir l’Open Floor ?

D’écouter la petite voix qui leur dit de venir. 

Ecouter la curiosité de l’enfant et prendre l’adulte par la main pour l’amener danser. 

Puis arrêter de se trouver des excuses ou croire qu’on ne sait pas danser mais juste suivre l’envie de se lâcher sur de la musique au moins pour un instant. S’offrir ce cadeau.

 

Quels sont tes projets du moment, et dans le futur ?

Là je viens d’emménager à Anglet dans le Pays Basque, je suis donc entrain de chercher un lieu pour proposer ma pratique.

En parallèle je termine ma formation de coaching à Bordeaux.

Et aussi je suis enceinte de 6 mois alors j’intègre ce nouvel humain à mes projets futur ce qui donne une sorte de grande inconnue!

 

Quel est ton livre de chevet du moment ?

J’en lis souvent plusieurs en même temps et plusieurs fois d’affilée, notamment  «  La voie du sentir » de Luis Ansa

et « Anam Cara » de John Donohue

 

Un mantra ou une phrase qui te tiens à cœur et que tu voudrais partager : 

Feel the dance, own your experience and trust your body to re - member! (artiste inconnu)

 

Et bien sur je profite de cet interview pour citer SPACE IN MOTION, qui regroupe l’ensemble de ma pratique.

Ne sommes nous pas fait de particules de lumières reliées entre elles dans une immensité d’espace et en perpétuel mouvement? 

Ne sommes nous pas fait de la même chose que l’Univers qui nous a créés? 

Ne sommes nous pas, de part cette nature, tous unis? 

Puissions nous être dansés par cet espace en mouvement et équilibrer ainsi nos relations dans toutes les dimensions.

Ainsi est né SPACE IN MOTION.

Plus d’infos sur: www.laurenoterman.com